J’ai toujours été fasciné par le voyage, aussi loin que je me souvienne. Peut-être l’aventure, de par les Daktari, Tarzan, et autres séries indiennes de mon enfance, peut-être la lumière qui se dégageait alors du téléviseur, ou peut-être encore ma chambre bateau et la vieille carte de l’Australie, encore terra incognita, que m’avaient offerte mes parents. Alors, j’ai bougé. Créteil, Evreux, Melun, Nemours, Montereau…une fois même jusqu’à Sens. A 12 ans, je planifiai, pour les grandes vacances, un tour de Normandie à vélo à deux, projet avorté bien sûr et qui aurait pu se terminer en camping dans le jardin de mes grands-parents ; à 16 ans, les premières vacances avec un copain en auberge de jeunesse, sans l’autorité parentale ; et à 17 ans, première découverte de l’Europe en train, avec la carte Interrail, le Nord pour commencer, le Sud l’année suivante. Puis, je sors d’Europe, profitant des vacances, en tant qu’étudiant puis enseignant. Au milieu des années 90, j’entame un break pour explorer davantage l’Extrême-Orient et un bout de l’Amérique du Sud. Il dure deux à trois ans. Et, au retour, je me retrouve accompagnateur de voyage, www.zigzag-randonnees.com/ situation qui perdure aujourd’hui avec www.wikinger-reisen.de/ et m’amène à ouvrir ce blog. Celui-ci a pour but de faire partager mes impressions photographiques en les étayant de quelquesinformations de base sur le pays.                                                                                                            http://p9.storage.canalblog.com/90/72/389921/49104188.gif

TITRE-ANIME-CRETE

TRAJET-AVION

carte-crete

PAGE-DEBUT-1

PAGE-DEBUT-2

PAGE-DEBUT-3

Autrefois appelée île de Candie, elle est rattachée à la Grèce en 1913.

Au cœur de la civilisation minoenne, elle abrite Cnossos, le site archéologique le plus important.

 

GÉOGRAPHIE

255 km d'est en ouest et, dans sa plus grande largeur, 55 km du nord au sud.

8 400 km2 (cinquième île de Méditerranée après Sicile, Sardaigne, Chypre et Corse). (37)

Trois massifs montagneux, les montagnes Blanches (Letka Orin) à l'ouest, le mont Ida (mont Psiloritis), point culminant de l'île (2 456 m) au centre, et le mont Dikti à l'est. (38)

À l'ouest de l'île se trouvent les gorges de Samaria.

29 Genévrier à gros fruit_preview

Riche de divers milieux naturels, la Crète compte quelque 35 millions d’oliviers, et de nombreuses espèces animales et florales, dont certaines endémiques.

Son climat méditerranéen lui procure des étés chauds et secs et des hivers plutôt doux.

Pourtant, l’île souffre de problèmes environnementaux, avec des décharges sauvages, des plages envahies de déchets, et des rivages victimes de dégazages.

Depuis les années 2000, les Crétois ont pris conscience que ces problèmes n’allaient pas de pair avec le tourisme, leur revenu principal, et des efforts ont été entrepris.

 

HISTOIRE

Le premier peuplement de l’île remonte à quelque 130 000 ans.

Dès 7000 av. J.-C., des peuples anatoliens l’envahissent qui pratiquent élevage et agriculture, et au IIIe millénaire av. J.-C., les poteries s’affinent, et le travail du cuivre et du bronze se généralise.

Puis la Crète introduit l'écriture phonétique en Europe.

La culture minoenne décline alors rapidement, et les Mycéniens prennent possession de l’île.

Au Ier millénaire av. J.-C., elle se voit intégrée à la culture grecque classique.

Puis, à partir de 67 av. J.-C., c’est la conquête par divers occupants, Empire romain, Byzantins, Abbassides, à nouveau Byzantins, Vénitiens, Ottomans.

Après un conflit militaire gréco-turque, elle obtient un statut d'autonomie, puis est rattachée à la Grèce en 1913.

Lors de l’invasion allemande lors de la seconde guerre mondiale, elle est défendue par les troupes britanniques et les troupes grecques libres.

A l'été 1944, les trois quarts du pays sont libérés.

1 Pancarte_preview

Les mythes fondateurs

De nombreux épisodes de la mythologie grecque se déroulent en Crète.Zeus y est né, dans une caverne du mont Dicté ou du mont Ida, protégé contre l'appétit de son Père Cronos par Rhéas, sa mère.

Ici, Zeus, transformé en taureau, entame une liaison avec sa captive Europe, de laquelle naît Minos, le roi légendaire de la Crète.

L'épouse de ce dernier, Pasiphaé, succombe plus tard au charme d'un taureau envoyé par Poséidon, et donne naissance au Minotaure.

Celui-ci, enfermé dans un labyrinthe, construit par l'architecte Dédale, qui serait situé à Knossos, est alors tué par Thésée et Ariane qui rusent pour ressortir du labyrinthe.

Tentant de quitter l'île, pour échapper à la vengeance de Minos, Dédale, accompagné de son fils Icare, construit des ailes aux plumes fixées par de la cire. Mais Icare, volant trop près du soleil, perd la vie.

 

CULTURE

Non seulement les Crétois ont un dialecte différent des Grecs, mais il en est également ainsi du costume traditionnel, des danses, de la musique et de la cuisine.

L’île aurait été évangélisée au début du christianisme, puis islamisée en partie sous les Abbassides, les Ottomans, d’où les ruines de mosquées sunnites.

Sous les Vénitiens, le catholicisme romain domine politiquement.

Aujourd’hui, le christianisme gréco-orthodoxe y est majoritaire mais, indépendant de l'Eglise grecque, il relève du patriarcat œcuménique de Constantinople.

Les populations musulmanes quittent la Crète à partir de 1890, et les derniers représentants sont expulsés lors des échanges de populations entre Grèce et Turquie en 1924, date à laquelle la Crète accueille alors des réfugiés grecs d'Asie Mineure.

72 Oliviers (1)_preview

 

ÉCONOMIE

La Crète appartient aux faiseurs d'huile d'olive les plus productifs. L'olivier se retrouve en plaine que sur les collines et les pentes des montagnes.

Mais, outre cela, et malgré l’ensoleillement exceptionnel, les plantations agricoles restent limitées.

Et bien que la chèvre sauvage soit toujours présente, l'élevage ovin et caprin est en déclin. (39) (40)

C’est donc le tourisme, avec sites archéologiques, mer et montagne qui assure les revenus de l’île.

A cela s’ajoute la solidarité de la diaspora crétoise installée en Australie ou aux États-Unis, et, peut-être, certains revenus en provenance de la Grèce continentale, notamment ceux de la marine marchande).

13 Statue_preview

HERAKLION (151 000 hab.)

Capitale de la Crète de l'époque byzantine à 1898, elle l’est redevenue en 1971. (120)

Elle doit son nom au héros grec Héraclès.

Elle vit deux périodes byzantines (395 à 824 et 961 à 1204), entrecoupées par une occupation des Arabes, qui la pillent régulièrement.

Les Vénitiens achètent l'île en 1204 et améliorent les fortifications. (128) (129)

Entre 1669 et 1898, sous domination ottomane, son activité économique décline au profit de La Canée.

Après le rattachement à la Grèce en 1913, la population crétoise est alors composée de Turcs et de Grecs, mais en 1922, est décidé l'échange de population entre Grecs d'Asie et Turcs. Ainsi, les musulmans de l'île doivent partir, vidant Héraklion de la moitié de sa population.

Et l'intégration des Micrasiates, Grecs d'Anatolie, se révèle alors problématique, en raison de leurs mœurs différentes.

127 Port vénitien (2)_preview

Palais de Cnossos

Construit vers 1 700 ans avant notre ère et découvert en 1878, lié à la légende du roi Minos et du Minotaure, il aurait été le centre politico-culturel de l'influence minoenne sur la Crète et les îles égéenne, jusqu’en Syrie et en Egypte.

On ne note aucune distinction entre le palais et la ville, ce qui explique le système dédalique. Pourtant, plusieurs secteurs se distinguent, aux fonctions différentes : quartiers royaux, magasins, réserves de nourriture, antre de la tauromachie, centre religieux, halls de réception, bureaux administratifs (…), le tout entrecoupé de puits de lumière nécessaires en raison des nombreux niveaux.

Cette architecture très complexe explique les récits mythologiques sur le Labyrinthe, d’autant plus que nombreuses sont les fresques représentant des taureaux. (121) (122) (123) (124)

 

LA CANÉE ou Chania ou Hania (55 000 hab.)

Mentionnée déjà dans l’Odyssée d’Homère, cette cité-État obtient, en 69 av. J.-C., le droit de frapper sa propre monnaie.

Les musulmans en prennent possession en 824, avant qu’elle ne soit reconquise par les Byzantins en 921, et fortifiée pour empêcher sa reconquête.

Rachetée par les Vénitiens, à l’instar d’Héraklion, elle devient le siège administratif de la région, ainsi qu’un centre de commerce et une région agricole fertile. De nouvelles fortifications sont entreprises contre les pirates.

Suivent les Ottomans qui construisent de nouvelles mosquées, des hammams et des fontaines.  (3) (4) (6) (7)

Lors du soulèvement contre les Turcs au début du XIXe, de nombreux chrétiens sont massacrés et, à la fin du siècle, lors de l’indépendance, La Canée devient capitale de la Crète semi-autonome, ce qu’elle reste de 1898 à 1971.

Bombardée pendant la deuxième guerre mondiale, La Canée est pourtant l’une des plus jolies villes de Crète, avec son port vénitien et son phare du XVe siècle, et des bâtiments restaurés, devenus hôtels, bars ou magasins. (9) (11) (12)

19 Descente, forêt (6)_preview

GORGES DE SAMARIA

Situées dans le Parc National de Samaria, dans les Montagnes Blanches, elles s’étendent sur 16 km jusqu'à Agia Roumeli, sur la côte, en Mer de Libye.

Habitées pendant des milliers d'années, elles ont toujours été un point de refuge lors d'occupation étrangères. (17) (18)

Tarra, l'une des anciennes cités dont parle Homère, se trouve à l’époque sur l’actuel site d’Agia Roumeli. (20) 

Sa position sur la route maritime reliant Rome à l'Egypte et l'Est favorise sa prospérité, et son déclin s’amorce au VIe siècle av. J.-C. lorsque diminue le commerce du blé entre l'Egypte, Rome et Constantinople.

Ses habitants, devenus armateurs, s'engagent dans la piraterie.

Les raids arabes, le changement des routes maritimes et les séismes viennent à bout de cette période faste.

Durant la révolte contre les Turcs au XIXe siècle, 4000 femmes et enfants s’y réfugient et parviennent à être sauvés.

Il en est de même lors de la Seconde Guerre Mondiale sous occupation allemande. Les gorges ont permis aux partisans et agents clandestins qui transmettant des messages radio de se cacher.

Créées pendant le Quaternaire, elles disposent d’une végétation variée, dont de nombreux cyprès, en partie millénaires, des oliviers et quelques espèces endémiques. (21) (22) (23) (24)

Elles ont alimenté de nombreuses scieries en bois depuis l'antiquité.

Egalement bien représentés, des plantes médicinales et aromatiques telles chicorée, marjolaine, mauve, sauge et thym.

La faune n’est pas en reste, avec perdrix, chouettes, faucons, corbeaux, vautours griffons, gypaète barbu, aigles de Bonelli et des aigles royaux, ainsi qu'oiseaux migrateurs, cailles, bécasses, grives, hirondelles...

A ceux-là s’ajoutent les mammifères du type blaireaux, putois ou lièvres, et bien sûr, la chèvre sauvage crétoise, espèce protégée.

26 Phalassarna_preview

ELAFONISSI

Presqu'île entourée de roche et d'oliveraie à l'eau turquoise, elle peut rappeler les lagons des caraïbes. (28) (31) (36)

Tragique histoire
La teinte légèrement rosée du sable serait dû au massacre de quelque 800 hommes et enfants crétois perpétré par les Ottomans en 1824, pendant que les femmes étaient envoyées en esclavage en Egypte. (30)

32 Monastère de Chrysoskalitissa (1)_preview

Monastère de Chrysoskalitissa

Construit sur un promontoire dominant la mer, il est dédié à la dormition de la Vierge.

Son nom viendrait d'une des 98 marches menant à son sommet, qui serait en or.

Le monastère accueille illégalement une école d'enfants grecs pendant l'occupation turque. (33) (34) (35)

 

PALEOCHORA (3000 hab.)

Village de pêcheurs situé sur une presqu'île et transformé en station balnéaire, il est découvert par les hippies en route pour Katmandou dans les années 60-70. (41) (46) (48)

 

SOUGIA (109 hab.)

Membre d’une confédération de petites cités indépendantes dans l’Antiquité, elle devient un vrai village dans les années 1950, et vit alors une augmentation de son activité commerçante.

Lorsqu’une route la reliant au nord de l'île est construite, son importance en tant que carrefour commercial sombre et une partie de ses habitants émigre.

Elle doit son salut au tourisme qui la fait revivre dans les années 1960.

56 Vue mer (3)_preview

Les ruines du site antique de Lissos, que l’on gagne à pied ou en bateau, présentent quelques maisons, une chapelle un temple, et les restes d'une basilique paléochrétienne. (50) (51) (52)

63 Vue mer (2)_preview

CHORA SFAKION (300 hab.)
A son apogée sous les Vénitiens et les Ottomans, elle possède jusqu'au XVIIIe siècle sa propre flotte. (62) (64)

Elle a ensuite été marquée par la guerre d'indépendance grecque et la Seconde Guerre mondiale.

Elle vit aujourd’hui de la pêche, de l'agriculture et du tourisme, avec deux petits ports pour les ferrys venus des communes voisines (Agía Rouméli, Loutro), et de l'île de Gavdos. (57) (59) (60)(65)

 

FRANGOKASTELLO

Le château-franc est édifié par les Vénitiensl au XIVe siècle pour faire face à la piraterie.

Rectangulaire, il possède une tour à chaque angle.

Les bâtiments intérieurs sont construits sous les Ottomans au XIXe pour les besoins militaires de Mustapha Pacha.(66)

78 Vue mer (2)_preview

PLAKIAS

À l’origine petit village de pêcheurs, Plakias s’est développée en un centre touristique durant les dernières décennies.(77)

La première mention de villages environnants remonte au Xe siècle pour Sellia, lorsqu’ont été construits routes et ponts pour les relier entre eux. (67) (76) (79)

Mais il y avait probablement une sédentarisation au temps minoen.

Il existe un certain nombre de plages aux alentours de la ville mais ce n’est pas un passage intense par rapport à d’autres endroits de l’île.

71 Monastère de Preveli (2)_preview

Monastère de Preveli 

Monastère orthodoxe au bord de la mer de Libye, connu pour sa résistance contre les Ottomans et pendant la deuxième guerre mondiale. 

Proches de là, les gorges de Preveli sont dénommées ainsi en raison de leur présence près de l’édifice. Leur nom réel est gorges de Kourtaliotiko. (68) (69)

88 Port (2)_preview

RETHYMNON (37 500 hab.)

La cité, bâtie dans l’Antiquité, a conservé son caractère ancien avec des vestiges laissés par les Vénitiens (1210 – 1646), qui en firent un centre intermédiaire entre Héraklion et La Chania, avant que les Turcs ne laissent fontaines et minarets de mosquées. (83) (87) (89) (90)

Aujourd'hui la ville vit principalement du tourisme.

80 Chien (1)_preview

Le château de Fortezza

Construit sous les Vénitiens contre les invasions, il disposait de ses remparts de 1400 mètres. (84) (85)

 

Grotte de Melidoni

Habitée du Néolithique aux Romains, puis refuge sous l’occupation ottomane au XIXe siècle, elle a été lieu de culte au Minoen récent (2100 – 1600 av. J.-C.).

Son exploration s’est longtemps limitée au déchiffrage des inscriptions de l’entrée, avant que, dans les années 1950, des tessons du minoen et des fragments de lampes romaines soient mis à jour.  (95) (96) (97) 

 

AGIOS NIKOLAOS (21 000 hab.)

100 Lac (1)_previewAncienne bourgade de pêche, elle s’est découvert une vocation touristique qui en fait aujourd’hui l’une des destinations les plus prisées de l’île. (98) (99) (101)

On y trouve, comme souvent en Crète, les adeptes du backgammon local, le tavli, assis dans les tavernes.

Au centre de la commune se trouve le lac Voulismeni, relié au port par un canal. (100) (102) (103) (104)

 

KRITSA (2100 hab.)

111 Ruelles (3)_preview
Ce village bâti sur une colline, avec une vue plongeante sur les environs, dispose d'étroites rues pavées et de maisons traditionnelles. (110) (112) (113)

L'on y vit  fermiers ou des agriculteurs, mais certains sont aussi des artisans qualifiés (surtout des femmes) et produisent de nombreux objets traditionnels tels que des poteries, broderies et textiles

107 Eglise de Panagia Kera (2)_preview

Eglise de Panagia Kera

Construite au XVe siècle avec 3 nefs, elle est dédiée à la Sainte Vierge, Agia Anna et Agios Antonios. (106)

Les fresques byzantines des XIVe et XVe siècle représentent des scènes du Jardin d’Eden, de la Cène, de l'Apocalypse...(108) (109)

102 Elounda, vue_preview

Elounda (2200 hab.)

Petit village de pêcheurs comportant sept hameaux, il précède Plaka et l'île de Spinalonga. (103)

 

Spinalonga

Presqu’île aujourd'hui protégée, elle est aménagée par  Vénitiens en 1579, avec une puissante forteresse pour protéger le port d’Elounda. C'était alors l’une des places les mieux défendues de Crète.

Plus tard, de 1904 à 1957, on y enferme quelque 500 lépreux, logés jusqu'alors dans des quartiers misérables hors des villes.

Les 1 200 habitants turco-crétois habitant les lieux sont forcés de partir.

Cette décision permet à la fois d'expulser ces derniers et de loger les lépreux à moindre coût, cet enfermement étant perçu comme une mesure sanitaire. On ne connaît alors aucun traitement.

Parmi eux, se trouvent également des épouses qui suivent leur mari, et certains malades qui, finalement, non pas la lèpre, mais une maladie de peau.

On ne peut parler de léproserie car aucun soin n'y est dispensé.

Ses habitants réorganisent alors  le village, et perçoivent quelques subsides de fondations privées.

Les lépreux, bénéficiaires d'une rente, maintiennent le contact avec les habitants de la région.

Du fait de cet aspect financier, ceux-ci les prient de parrainer leur enfant, ce qui aide à conserver une relation avec l'extérieur.

En 1957, les malades sont transférés vers le continent, où une communauté est recrée avec ceux qui, bien que guéris, ne sont pas acceptés dans leur village.

L'île, abandonnée, devient site archéologique puis est récupérée  touristiquement parlant. (104) 105)

 

KATO ZAKROS

Avec Zakros, l’une des municipalités les plus orientales de l'île, elle vit du tourisme et de de l’agriculture, principalement dans la production de l’huile d'olive, avec quelque 250 000 arbres, qui s'exporte bien aujourd'hui.

117 Gorge des morts (2)_preview

 

La Vallée des morts

Appelée ainsi pour les tombeaux antiques découverts sur les lieux, elle relie les villages de Zakros et de Kato Zakros. (118)(119)                                               

116 Gorge des morts (1)_preview

9 Salade grecque_preview

EGINE

Située dans le golfe Saronique, dominée par le mont Oros, cette île de 82 km²  a vocation de pêche(en particulier la pêche aux éponges) mais on y pratique également l'agriculture, avec oliviers, fruits et pistaches, dont elle est la principale productrice du pays. (2)  

 

lac

On peut ajouter la production de céramique, dont ses fameuses cruches qui servaient de réfrigérateurs, gardant l'eau au frais

En outre, sa composition en partie volcanique a fait  de ses pierres l'une des principales exportations.

La végétation, typiquement méditerranéenne, s'apparente à la garrigue. Les pinèdes  ont quasiment disparu et fait place à chênes verts, cyprès et oliviers sauvages.

C'est à Egine que sont frappées les premières pièces de monnaies de l'Occident au VIIe siècle avant J-C. 
Lors de la guerre contre les Perses, l’île se range du côté de ces derniers, pour leur rivalité avec Athènes. 

 

plage

Au Moyen âge, elle est attaquée régulièrement par des pirates, puis suivent les invasions vénitiennes et turques.

Libérée en 1830, la ville d'Egine est alors la première capitale de la Grèce libre.

Elle se dépeuple dans les années 1950 au profit d'Athènes, sa flotte marchande ne pouvant faire face à celles du Pirée.

Aujourd’hui, Egine est devenue une banlieue d'Athènes. 

De nombreuses ruines de sites s'y trouvent encore.

Mythologiquement parlant, Egine est une princesse dont Zeus tombe amoureux, et qu'il emmène sur l’île pour être seul avec elle.

Pour se venger de l'infidélité de son époux, Héra envoie des serpents infester les lieux, qui subit en outre une vague de chaleur et d'obscurité. 

Zeus rend sa fertilité à Egine, et la délivre des serpents, transformant les fourmis sur un olivier en autant d'hommes.

Ceci donne son sens à la réputation de ses habitants, les Myrmidons, de myrmix, « fourmi », et leur âpreté au travail.

Alexis Zorbás est écrit ici.

1 Egine, le port_preview

Egine

Appelée aussi Chora (« la ville » en grec), elle a plus de 5 500 ans. 

Sur le port, l'église d'Agios Nikolaos accueille les navires.

7 Monastère d’Agios Nektarios (3)_preview

egine-essaiPaléochora, le monastère d’Agios Nektarios

Disparu en 1920, Saint Nectaire est enterré dans ce lieu saint qu'il a fondé.

Devenu très populaire, il est canonisé en 1961, et célébré tous les 9 novembre, lorsque des pèlerins de différents pays s’y rendent, en quête d’une grâce ou d’une guérison. (5) (6) (8)

 

Souvala

Deuxième port de l'île après Chora, elle possédait une petite source d'eau chaude sulfureuse. (10)

 

Agia Marina

Elle attire le tourisme de masse, de par ses infrastructures touristiques développées.

 

Marathon 

Village rural et agricole, le nouveau gouvernement grec y débarque lorsque Chora devient capitale de la Grèce au moment de la guerre d'indépendance. (3) (4)

 

Perdika

Village de pêcheurs, ses maisons basses construites le long du port disposent de cours ouvertes reliées entre elles.